Daft Punk au blues pour Yves Saint Laurent

Daft Punk au blues, concrètement ça donne quoi? Prenons les bases, le duo français, fer de lance du mouvement French Touch et grand représentant de la musique éléctronique depuis 1997 avec le fameux « Homework », album qui fit danser toute une génération, à l’aube du changement de millénaire. Ajoutons à cela une (petite) poignée d’albums, B.O et projets parallèles et les Daft deviennent un monument, une référence pour les Justice et toute la sphère Ed Bangers. Quinze ans après, avec maturité et élégance, nos quasis quadras de l’électro se penchent sur le blues d’un certain Junior Kimbrough. Un prétexte : la fashion week. Une occasion : remettre en selle un grand bluesman disparu après une carrière pas réellement couronnée de succès. Un objectif : la fashion week et le défilé Yves Saint Saint Laurent.

Pour tous les aficionados de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo, pas de quoi fouetter un robot chat mais bel et bien un exercice de style puisqu’il s’agit d’un « edit » de l’oeuvre de Junior Kimbrough. Un edit étant un montage de séquences sonores. L’idée étant de créer un mix original (avec quelques libertés de boucles par moment). Vous m’direz, où peut-on reconnaître la patte Daft Punk? Nulle part. Pas de confrontation electro-blues, pas d’alliages d’univers mais une belle occasion de (re)découvrir la musique d’un artiste atypique (et respecté d’un grand nombres d’artistes, dont les Black Keys qui ont publié un album de reprises en son honneur en 2006). Et puis, le blues, les Daft, Saint Laurent, n’y aurait-il pas l’idée d’envahir le catwalk d’un certain mystère casqué de hype? Plutôt cool, Monsieur Slimane.

Laisser un Commentaire