TOP 2014 – 1ère partie (de la 6ème à la 10ème place)

Todd Terje - It's Album Time

6. Todd Terje – It’s Album Time

Le norvégien est l’anti David Guetta. DJ et musicien émérite et doté d’une belle culture musicale, il parvient à créer une passerelle entre la synth pop d’un Moroder, la disco façon Cerrone et les standards musicaux des meilleures B.O des films des années 70 (avec l’exemple de François de Roubaix). Mais il ne s’arrête pas là… La cohabitation jazz, house, funk et musique latino est parfaitement dosée, évitant les clichés. « It’s Album Time » est un album brillant, prometteur et déjà promis à une belle reconnaissance (plutôt bien parti avec le featuring de Bryan Ferry sur la reprise du classique « Johnny & Mary » de Robert Palmer, cuisinée aux petits oignons, avec classe et distinction).

Wild Beasts - Present Tense

7. Wild Beasts – Present Tense

Six ans après un premier album à la dominante rock indé, Wild Beasts s’inspire de la frange la plus sensible de la new wave (le Depeche Mode de « Construction Time Again ») et sert ses nouvelles chansons sur un plateau gracieux et élégant, comme le sont les onze chansons de « Perfect Tense ». Toujours en symbiose, les voix de Hayden Thorpe (chant, basse) et Tom Fleming (guitare, chant) marque la singularité d’un groupe qui reprend le flambeau d’un Mark Hollis (Talk Talk) disparu des écrans radars de la musique pop.

The Antlers - Familiars

8. The Antlers – Familiars

Lorgnant subtilement vers les mélodies éthérées de Beach House et les envolées d’un Jeff Buckley, The Antlers mise clairement sur le lyrisme porté par la voie cristalline de Peter Silberman. Jusqu’ici, rien de nouveau… Mais ce qui caractérise particulièrement The Antlers, c’est cette association réussie entre indie rock et arrangements jazzy (les trompettes réverbérées amènent une belle atmosphère), amenant une grande profondeur aux chansons du groupe new yorkais. Il n’est pas rare d’atteindre le merveilleux (« Director », « Doppelgänger ») dans un climat cinématographique dépeignant un semblant de lumière à travers une profonde obscurité, jamais menaçante, toujours propice à l’emphase lumineuse, à un moment ou à un autre…

Beck - Morning Phase

9. Beck – Morning Phase 

Beck chasse sur toutes les terres musicales. Avec succès, il faut le dire, dans la très grande majorité des cas. Rock, hip-hop, funk, pop, folk, rien n’est laissé de côté. Épaulé par une sorte de génie, il revient aux fondamentaux folk avec « Morning Phase » et douze titres somptueux. À titre de comparaison, il tient la dragée haute à « Sea Change », voir le dépasse allègrement. Comme les meilleurs cépages, Beck se bonifie avec l’âge, conservant cette faculté à écrire de bonnes chansons et leur apportant les arrangements adéquats (les enregistrement de cordes sont magnifiques). Si cet album est la suite de « Sea Change », que peut-on imaginer d’un deuxième épisode de « Midnite Vultures »?

Sohn - Tremors

10. Sohn – Tremors

Peut-être la meilleure nouvelle de l’année lorsque l’on évoque le cru musique électronique 2014. Bon, avec Caribou, c’est vrai, mais qui échappe à ce top 10… De peu. Avec des balades spatiales servies par une production particulièrement léchée, le jeune londonien creuse le sillon d’une nu soul mélancolique servie par des mélodies ciselées et des textures sonores riches et savamment recherchées. Une belle surprise.

Laisser un Commentaire