Les nouveautés de la semaine #9

Passé à la trappe de la patrie du gaulois réfractaire, The Coral n’en demeure pas moins une des (nombreuses) institutions musicales d’Outre Manche. Dans l’ombre des Oasis, Blur et consorts, les liverpuldiens (déjà, ça commence bien) publient 3  à 4 albums par décennie depuis 2002 et, la plupart du temps, c’est dans le mille. Alors, certes, ils n’ont pas publié  un « Wonderwall », un « Song 2 » ou un « Alright (Supergrass) », un hit single qui aurait pu les propulser à l’international. Ils n’ont pas eu le « lifestyle » sex, drug & rock’n’roll de Peter Doherty  des Libertines et n’ont pas relancé le rock au début des années 2000. Mais l’essentiel est-il là? Avec « Move Through The Dawn (2018) », un huitième album dans la pure tradition d’une pop anglaise des campagnes et des pubs, ils ressortent leurs gammes 60’s tout en évitant l’écueil de la redite mélodique. Aidé par une voix singulière, James Skelly a une petite méthode de composition que beaucoup pourraient lui envier et la patte sonore du groupe l’ancre dans un ensemble solide, orienté « guitar group revival » avec un soupçon de soul. La chanson « Undercover Of The Night » (les Stones en début de déconfiture avait sorti un morceau au même titre en 1983 sur le dispensable « Undercover »)  montre l’étendue d’un talent confirmé et destiné à ne pas se laisser corrompre par le tout numérique et l’emphase electro pop, miroir aux alouettes de la réussite made in 2010’s. On aime, on suit.

 

Les commentaires sont fermés.