Tous les articles tagués beastie boys

2 Articles

Les nouveautés de la semaine #5

Sorti la semaine dernière, le nouvel album de l’un des parrains historiques de la scène rap/hip-hop US, Eminem aka Slim Shady ou l’inverse, est l’occasion de faire le point sur l’influence du bonhomme en ses terres d’un Nouveau Monde qui vire furieusement à l’Ancien depuis 2016. « Kamikaze » renoue avec le Eminem des débuts, plus franc, plus sec, moins dominé par l’idée de rivaliser avec le son du moment. Eminem est bon quand il fait du Eminem, avec ce côté vénère, sombre, où il n’y a guère de place à l’optimisme. Perdu derrière une flopée de featurings sur « Revival », son précédent opus, décrié par le monde du rap américain gorgé d’autotune et de trap music, Marshall Bruce Mathers III (son vrai nom) semble renouer avec une production plus authentique où son flow, toujours diablement impressionnant, peut s’exprimer pleinement (« Greatest » et « Lucky You »). Démonté par la presse « hype » (Les Inrocks au hasard), « Kamikaze » est l’oeuvre du patron. Un patron qui peut s’appuyer sur des chiffres de ventes impressionnants (180 millions d’albums vendus) et une pluie de récompenses. En 2018, après plus de 20 ans de carrière, il trône encore en tête des ventes dans son pays natal et en Angleterre. Et il se permet de rendre hommage aux Beastie Boys avec une pochette directement inspirée du « Licence To III » des Beastie Boys, une autre légende du hip hop de l’Oncle Sam, aujourd’hui disparue (Adam « MCA » Yauch, l’un des trois membres fondateurs étant décédé en 2012)…

Highlights de l’album: « Not Alike », « Greatest », Lucky You » (non disponibles à l’écoute sur Youtube hélas…)

 

Dans le studio du producteur Zdar

Moitié de l’un des fleurons de la french touch, le duo Cassius, Philippe Zdar est devenu une pointure de la production musicale actuelle. Il a travaillé avec Phoenix sur « Alphabetical » et « Wolfgang Amadeux Phoenix », leur dernier album en date, The Rapture, Housse de Racket ou les grands Beastie Boys. Dans cette interview vidéo accordée à Télérama, le producteur explique le rôle de celui qui encadre les musiciens et donne, avant toute chose, des clés pour débloquer une situation. On pourrait largement y consacrer un dossier tant le travail de ce « coach » est primordial à la réalisation d’un album. Dans certains cas, son apport est l’équivalent d’un cinquième homme, il façonne le son et donne une couleur, apporte sa touche personnelle (on peut citer George Martin, Phil Spector, Quincy Jones, Brian Eno, chacun dans son style, ou plus récemment Nigel Godrich sur les albums de Beck ou Radiohead), dans d’autres, il agit comme catalyseur et permet aux artistes d’aller au bout de ce qu’ils ont en tête, même les idées les plus farfelues ou dites « impossibles à mettre en oeuvre ». Zdar nous explique cette façon d’épauler l’artistique en y insufflant ce qu’il faut de magique… (le moment où il évoque le mix de « La Ritournelle » de Sébastien Tellier est particulièrement savoureux). Silence, on enregistre !


Dans le studio du producteur Philippe Zdar
par telerama